Le chauffage au bois

Le chauffage au bois

Généralités sur le chauffage au bois

Le bois est une énergie peu polluante, renouvelable et créatrice d’emplois locaux. L'utilisation de 4 m3 de bois-énergie permet d'économiser 1 tonne de pétrole (tep) et d'éviter en moyenne l'émission de 2,5 tonnes de CO2 dans l'atmosphère.

Le bois apporta par le passé une importante contribution à la production énergétique de la France. Après un déclin notable de son utilisation, il revient actuellement à l’ordre du jour pour ses qualités environnementales.

Pour certains, le bois-énergie apparaît contraignant, salissant, voire polluant, mais les appareils de dernières génération permettent de s’affranchir de ces problèmes, ce sont notamment les chaudières à alimentation automatique, qu’elles soient à plaquettes ou à granulés. Mais les appareils de combustion de bûches ont, eux aussi, bénéficié d’améliorations techniques.

Dans notre région, la forêt couvre 700 000 hectares. La consommation de bois-énergie par les particuliers est de 400 000 tonne-équivalent-pétrole (tep) par an.

Pour permettre la valorisation de cette ressource locale, la Région, les départements et les parties concernées se sont associés afin de coordonner leur action et organiser la filière bois. Aujourd’hui, on constate une forte demande pour le chauffage bois, notamment de la part des collectivités. On compte par ailleurs plusieurs centaines de chaudières à plaquettes installées par des particuliers sur la région.

Appareils de combustion et combustibles

Dans les appareils anciens « classiques », le bois est mis sous la forme de bûches de longueur comprise entre 33 cm et 1 m. Les appareils tels les cheminées, chaudières à bûches, inserts et poêles demandent à être fréquemment approvisionnés manuellement.
Voici selon l’ADEME un comparatif des rendements d’appareils bois :

Appareil de conception ancienne Appareil de conception moderne
Données théoriques - Source : ADEME
Rendement Rendement Autonomie
Cheminée à foyer ouvert Moins de 10% Jusqu'à 30% Quelques heures
Insert, foyer fermé de 30% à 50% de 60% à 85% 10 heures et plus
Poêle à bûches de 40% à 50% de 60% à 80% De 5 à 10 heures
Poêle à granulés plus de 80% De 12 à 72 heures
Poêle de masse à buchesde 60% à 80% à granulésde 80% à 93% De 12 à 24 heures

On note une nette amélioration des performances entre appareils anciens et récents.

Il existe des chaudières à alimentation automatique utilisant notamment du bois déchiqueté (plaquettes) ou des granulés. Un silo stocke le combustible et une vis sans fin l’achemine jusqu’à la chambre de combustion de la chaudière, sans que l’utilisateur n’ait à intervenir. Les émissions de polluants sont très faibles et le rendement énergétique peut atteindre 95%. Il est aujourd’hui facile de s’approvisionner en plaquettes ou en granulés sur notre région.

Il existe un label « Flamme verte » lancé en 2000 par l’Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME), et des fabricants d’appareils domestiques.

Sa vocation est de promouvoir l’utilisation du bois par des appareils de chauffage performants dont la conception répond à une charte de qualité exigeante en termes de rendement énergétique et d’émissions polluantes, sur laquelle s'engagent les fabricants d'appareils. De plus, Flamme Verte apporte la garantie que ses appareils respectent l’environnement en émettant très peu de particules fines.

Globalement, le prix d’acquisition d’une chaudière à plaquettes est plus élevé qu’une chaudière à fioul ou gaz, mais le combustible est moins onéreux et peu sujet à des variations.

Attention aux idées reçues
  • Le bois est une énergie renouvelable si le prélèvement sur la forêt reste inférieur à l’accroissement biologique. C’est largement le cas en France et en Auvergne. La forêt française n’est donc pas menacée par l’exploitation de bois. Au contraire, l’exploitation effectuée avec savoir-faire entretient la forêt en éclaircissant les boisements.
    L’accroissement annuel de la forêt française est de 95 millions de m3, dont presque la moitié est inutilisée.
  • De même, tant que le prélèvement de bois est compensé par un accroissement des arbres, le CO2 émis par la combustion est réabsorbé par la croissance des arbres : c’est pourquoi on considère que les émissions de CO2 sont nulles à l’utilisation du bois (exceptées celles liées à la coupe et au transport).
  • Le bois émet-il plus de polluants locaux (particules, NOx, CO,…) que le fioul ou même le charbon ? Cela peut être vrai dans certains cas : si l’appareil de combustion est ancien et de mauvaise qualité, et/ou si le bois est souillé ou humide. Mais hormis ces circonstances, le chauffage au bois ne pose pas de problème de pollution.
Pour en savoir plus : consulter le site de l’ADEME, http://ecocitoyens.ademe.fr/

Aides financières

Pour connaitre les aides financières susceptibles de concerner ces équipements, rendez-vous dans la rubrique Aides.

Les fournisseurs de combustibles bois en Auvergne

Consulter « le Petit guide pratique du COMBUSTIBLE BOIS en Auvergne »

Réglementations

Nos coordonnées

Espace INFO ENERGIE

Maison de l'Habitat
129, avenue de la République
63100 Clermont-Ferrand

04 73 42 30 75