La maîtrise des enjeux

Un enjeu crucial

A savoir

  • La consommation d’énergie par français a été multipliée par 2,5 depuis 1960.
  • le secteur le plus « énergivore » en France est le secteur résidentiel et tertiaire (voir diagramme ci-dessous).
Les secteurs énergivores
  • Plus de 80 % de l’énergie que nous consommons dans le monde est produite par le charbon, le pétrole et le gaz naturel.
  • 3.4 millions de ménages consacrent plus de 10% de leurs ressources à payer leur facture d’énergie, ce qui peut les amener à ne plus pouvoir se chauffer suffisamment, payer les factures de gaz ou d’électricité.
  • Les émissions de CO2 d’un français moyen sont quatre fois supérieures à la limite admissible pour cesser d’enrichir l’atmosphère de ce gaz à effet de serre. C’est pourquoi le cap fixé à long terme par le Plan Climat(1) est une division par 4 des émissions de gaz à effet de serre du pays d’ici 2050.

L’épuisement des ressources naturelles

Sur Terre, se sont formés des stocks d’énergies dites « fossiles » au cours des centaines de millions d’années de son histoire : ce sont le pétrole, le charbon et le gaz.

La Terre renferme ainsi une certaine quantité de matières qui sont extractibles et dont la combustion fournit de la chaleur. Les spécialistes évaluent les réserves, en utilisant une unité d’énergie : la tep, « tonne équivalent pétrole », qui correspond à l’énergie dégagée par la combustion d’une tonne de pétrole. Ainsi 1 tep correspond à 1 tonne de pétrole, 1,5 tonne de charbon, 1000 mètres cubes de gaz, ou 0,1 gramme d’uranium enrichi.

À combien s’élèvent les réserves d’énergies, au niveau mondial ?

  • Gaz : 140 milliards de tep
  • Charbon : 500 milliards de tep
  • Pétrole : 140 milliards de tep
  • Uranium : 100 milliards de tep (varie beaucoup selon le prix d’extraction)
  • Total : environ 800 milliards de tep

La consommation énergétique mondiale est de l’ordre de 10 milliards de tep par an, dont 9 milliards non-renouvelables. Le pétrole représente la principale ressource énergétique utilisée actuellement avec 3,5 milliards de tep par an (40% de l’énergie dans le monde et en France).

Ces stocks sont-ils importants ?

Tout est relatif :

  • Les réserves prouvées de pétrole correspondent à moins de 40 années de consommation actuelle. Mais il faut savoir que bien avant l’épuisement des réserves, l’extraction de cette ressource devra décliner, à partir de ce que les géologues nomment le « pic de Hubbert »(2)
  • Dans le cas où le charbon, ressource la plus abondante, peut se substituer au pétrole et au gaz, alors les réserves prouvées s’élèvent à 100 années de consommation actuelle.
  • Au regard de l’énergie solaire, la totalité des stocks d’énergies fossiles prouvés ou supposés (environ 4000 milliards de tep) sont extrêmement faibles : ils représentent l’énergie que reçoit la Terre du Soleil en moins de quatre semaines. Le potentiel de l’énergie solaire est donc immense.

L’accroissement de l’effet de serre

L’effet de serre est un phénomène naturel qui permet de maintenir la température moyenne de la surface terrestre à environ 15°C, contre –20°C si ce phénomène n’avait pas lieu.

Cet effet de serre est provoqué par la présence de certains gaz dans l’atmosphère, notamment la vapeur d’eau et le dioxyde de carbone (CO2). Ces gaz retiennent une partie de la chaleur de la surface terrestre. Or, les activités humaines émettent beaucoup de CO2 : en conséquence, la concentration de l’atmosphère en CO2 augmente. L’atmosphère retient alors plus de chaleur, l’effet de serre est augmenté.

Il y a donc un réchauffement de l’atmosphère. Ce réchauffement a déjà été de 0,5°C ces cinquante dernières années.

Si les émissions de gaz à effet de serre se poursuivent, la température de la terre augmentera d’une valeur allant de 2 à 6°C au cours du XXIème siècle.

Température moyenne de l’atmosphère de l’an 1000 à 2000

Température moyenne de l’atmosphère de l’an 1000 à 2000 (par rapport à 1990, année de référence), et prévisions du Groupement International d’Etude sur le Climat pour le XXIème siècle selon différents scénarios.

Une variation de quelques degrés peut paraître faible, mais cette modification de la température se fait à un rythme environ 100 fois supérieur aux variations naturelles que connaît la Terre. Ce réchauffement est inquiétant, il risque de provoquer un choc climatique majeur. Tous les paramètres du climat seront affectés, et pas seulement la température : pluies et neiges, vents, ensoleillement… Plus chaud, le climat est probablement plus instable, ce qui se traduit par la multiplication des phénomènes extrêmes comme les tempêtes, ouragans, inondations. De plus, l’agriculture sera profondément affectée.

Face à ces constats, il est essentiel d’agir pour réduire notre consommation d’énergie fossile et émissions de gaz à effet de serre. Cela passe par chacun de nous, au cours de nos actions quotidiennes, ainsi que par des choix d’investissements (lien vers « principes de la maîtrise de l’énergie »), le tout dans une démarche d’économie d’énergie.

(1) Plan Climat : Ensemble des mesures gouvernementales mises en place suite au protocole de Kyoto pour la préservation du climat.
(2) Pic de Hubbert : désigne le moment où est atteint le maximum d’extraction de pétrole, aussi bien pour un gisement, une zone, un pays, ou le monde. Après ce maximum, les conditions d'exploitation font que, bien que les réserves soient abondantes, la production ne fera que décroître.

Réglementations

Nos coordonnées

Espace INFO ENERGIE

Maison de l'Habitat
129, avenue de la République
63100 Clermont-Ferrand

04 73 42 30 75